Dominique Colonna : gardien de renommé

Né le 4 septembre 1928 à Corté , débute sa carrière en minime à l’âge de 13 ans  au club amateur de l’US Corté en 1941. En 1948, il suit son frère, étudiant de médecine, à Montpellier et signe son premier contrat professionnel au SO Montpellier dirigé en ce temps par le cortenais Orsetti. Il partage le poste de gardien de but avec Antoine Pons et dispute douze matchs d’un championnat que le club termine douzième. De 1949 à 1955, il rejoint le Stade français pendant 6 ans  avec son coéquipier André Laborde. En 1951, le club parisien est cependant abonné aux dernières places du championnat. Dominique Colonna et ses coéquipiers remportent le championnat de division 2 avec la meilleure attaque et la seconde défense. Deux ans après, le club connaît une nouvelle relégation et ne parvient pas à remonter et termine 13ème de division 2 en 1955. Dominique Colonna rejoint alors l’OCG Nice, il devient rapidement le gardien titulaire à la place d’Henri Hairabedian et remporte en fin de saison le championnat de France. Les Niçois finissent le championnat avec la meilleure défense. En fin de saison, l’OGC Nice dispute le challenge des champions face à l’UA Sedan-Torcy. Colonna est battu par Diego Cuenca à la 63e minute et Nice s’incline 1-0. L’année suivante, le club parvient en quart de finale de la Coupe des clubs des champions européens en éliminant l’AGF Aarhus puis les Glasgow Rangers après un match d’appui. Colonna et ses coéquipiers sont battus par le Real Madrid de Di Stefano, futur vainqueur de l’épreuve, sur le score de 6-2 sur les 2 matchs. Les bonnes performances de Dominique le font appeler en équipe de France le 21 octobre 1956. Il rejoint en 1957 le Stade de Reims. Avec les Rémois, il réalise le doublé championnat-coupe de France. Il est sélectionné avec 6 de ses coéquipiers pour la coupe du monde de football de 1958. Remplaçant, il assiste des tribunes au parcours de ses coéquipiers qui ne s’inclinent qu’en demi-finale face au Brésil puis remportent la 3e place face aux Allemands. En novembre1958, il remporte le challenge des champions en battant le Nîmes-Olympique 2-1. En coupe d’Europe, le club champenois se hisse en finale mais doit s’incliner face au Real Madrid 2-0. Dominique Colonna parvient cependant à arrêter un pénalty à la 12eminute. L’année suivante, les Rémois triomphent de nouveau en championnat de France avec sept points d’avance sur le Nîmes Olympique et onze sur le Racing club de France ne subissant que 4 défaites en 38 matchs. Les Champenois emportent de nouveau le challenge des champions en fin de saison. Avec le Stade de Reims, Colonna et ses coéquipiers continuent à dominer le football français gagnant encore le championnat en 1962 et finissant vice-champion en 1963. Dominique Colonna met fin à sa carrière sur ce dernier podium. Il prend alors le chemin de l’Afrique et devient entraîneur du Cameroun de 1963 à 1965. Surnommé le « Mamoun (chef de tribu local) blanc », il construit l’équipe nationale dans ce pays qui vient d’accéder à l’indépendance et forme pendant 6 ans les gardiens camerounais. Il occupe de 1965 à 1974 le rôle de conseiller technique pour les états d’Afrique Centrale et du Congo Kinshasa. Il dirige également avec Raymond Fobete, en 1970, le Cameroun lors de la coupe d’Afrique des Nations. Rentré en France, il devient vice-président de l’OGC Nice, puis vice- président de l’Olympique de Marseille présidé par Pierre Cangioni et Jean-Michel Ripa. Dès son retour en Corse sur son île natale, il devient cadre chez ADIDAS à Ajaccio  puis prend la présidence de son club formateur l’US Corte.

Envoyer le commentaire

Champs obligatoire à remplir